Recherche

Recommander

Samedi 10 octobre 6 10 /10 /Oct 14:56

La pompe à gasoil

La pompe à gasoil ou pompe d’alimentation d’un moteur diesel est la partie qui envoie le carburant du réservoir vers les composantes internes du moteur et règle le débit du carburant lors de sa circulation à travers les filtres. Elle fait partie du circuit d’alimentation du moteur comprenant également le réservoir dans lequel le gasoil liquide est stocké. Le circuit d’alimentation travaille de façon à ce que la pompe à injection reçoive la quantité nécessaire de carburant déjà filtrée et à une pression précise. En général, le débit d’une pompe à gasoil varie entre 1 et 2.5 bars. La pompe à gasoil existe depuis l’invention du moteur diesel. Elle a été améliorée avec l’invention des cuves de filtrage qui nettoient le carburant lors de son passage, afin d’éliminer les particules nocives au moteur. Les impuretés sont retenues par ce filtre qu’il faut entretenir pour ne pas avoir de problème avec tout le circuit jusqu’au circuit d’injection et le moteur. La pompe à gasoil est un composant durable du circuit d’alimentation du moteur car elle est opérationnelle pendant plusieurs années. Il existe deux sortes de pompe à gasoil qui sont la pompe à piston et la pompe à membrane. La pompe à piston est la plus utilisée car elle est la plus vendue, la moins coûteuse et comporte plusieurs éléments qui concordent à mener à bien l’envoi de carburant vers les filtres. Elle se compose d’un piston, d’une chambre de pression qui pousse le combustible, d'un clapet d’aspiration qui contribue à la circulation du gasoil, d’un clapet et d’un canal de transvasement, d’un canal de lubrification, d’une tige de pression associée à un pressoir et de deux ressorts distincts qui sont le ressort de refoulement et le ressort anti-bruit. Tous ces éléments de la pompe travaillent successivement dès que le moteur est mis en marche. Dans la première phase de fonctionnement appelée la phase de transvasement, le poussoir fait descendre le piston, provoquant le déplacement du combustible vers la chambre de pression. Pendant la phase suivante appelée phase d’aspiration et de refoulement, le ressort de la chambre d’aspiration pousse le piston à remonter et le combustible est repoussé dans le circuit. Il y a ici une autorégulation du système et la pression interne est de l’ordre de 0.8 et 1.2 bar.

La prochaine fois, je m'arrêterai au moindre toussotement de Lisette. Promis.
Lisette, 309 Peugeot blanche, même âge que moi vient de gagner une nouvelle membrane de filtre d'alimentation. Son petit caprice m'a coûté un dépannage sur voie rapide, à 168 euro plus 50 euro pour changer une pièce...
Quand une membrane d'alimentation (faisons simple) se perce, il y a de l'air qui passe dans le gasoil et la voiture cale. Dans ce cas là, il faut s'arrêter et appeler tout de suite un garagiste pour qu'il vienne changer la pièce ou rapatrier la voiture. Moi, j'ai calé la première fois à un rond-point. Bof, ça arrive à tout le monde. J'ai continué. J'ai calé au feu rouge. Bon, Pauline, t'es nulle ou quoi ? J'ai calé à un stop. Ok, je metterai plus de chaussures à talons pour conduire. Et je me suis engagée sur la rocade. Ben oui, j'étais pressée, j'avais une répètition à 20h30. Sauf que, sur la rocade, Lisette m'a lâchée.
Sur une bande d'arrêt d'urgence, un piéton a 20 minutes d'espérance de vie. Et quand il fait nuit ? Et quand la voiture est sur la route et que le conducteur est dedans ? Et quand il doit traverser la voie pour se mettre sur cette fameuse bande d'arrêt d'urgence ?
En m'engageant sur la rocade, Lisette ne répondait plus à mes accélérations, comme si le moteur tournait dans du coton. La voiture glissait. La panique, je la sentais perdre de la vitesse, il fallait que je sorte, coûte que coûte. Je me met en warning, vaut mieux prévenir ceux qui suivent, voilà la sortie, on commence à me doubler, à me klaxonner. Je dois prendre la prochaine sortie, mais celle-ci est doublée d'une entrée. Il faut donc s'intercaler entre ceux qui entrent quand on veut sortir, j'ai une voiture à ma droite, elle veut entrer, je veux sortir, la galère.
Lisette a définitivement calé alors que je m'engageais sur cette voie de sortie au hasard pour me mettre à l'abri. J'étais encore sur la voie rapide donc, et j'étais déjà en feux de détresse. Il fallait que je garde l'élan de ma vitesse pour faire encore une vingtaine de mètres. Sinon, j'allais rester en plein milieu de la voie avec des voitures qui filaient à 110  kilomètres à l'heure ou plus autour de moi. J'imaginais déjà le pire, d'autant que la voiture sur ma droite ne me laissait pas prendre la sortie. J'ai paniqué, je ne pouvais plus respirer, mes mains ont tourné le volant toutes seules, Lisette a continué dans son élan et je ne sais par quel miracle, j'ai quand même atteint la voie de sortie. Je ne sais par quel miracle cette voie de sortie avait un bas-côté suffisament large pour garer une voiture. Je ne sais pas pas quel miracle, j'ai réussi à l'atteindre. Tout ça pour un trou de quelques milimètres dans le caoutchouc.
Moteur coupé, feux de détresse allumés, garée le long de la voie. Là, j'ai voulu sortir de la voiture, me mettre plus loin, pas sur le bord de la route. Me jambes ne répondaient plus. J'ai eu le temps de passer un coup de fil pour dire que j'étais en panne, que j'étais près de Villejean mais que je n'avais pas eu le temps de voir quelle sortie j'avais pris. Et la batterie de mon portable s'est éteinte.
Je me suis trainée hors de ma voiture, mis mon gilet jaune et tenté de me calmer. Ensuite, j'ai mis le petit triangle rouge qui signale les accidents et je faisais signe aux automobilistes qui passaient dans l'espoir que l'un d'eux s'arrètent pour me prêter un portable et qu'on vienne me chercher. Le gens ralentissaient, me faisaient coucou en passant sans s'arrêter. C'est sur, avec mon gilet jaune, ma voiture arrêtée en feux de détresse et signalée par un triangle rouge j'étais train de faire coucou aux passants...
Une demi-heure plus tard, un couple de jeunes d'une vingtaine d'années s'arrète enfin. On me prète un portable, je donne un signalement précis à mes parents qui contactent l'assurance et font venir une dépanneuse. Deux heures après la panne, j'étais chez moi  complètement out.
Je le suis toujours un peu, j'ai eu vraiment très peur.
Publié dans : Réaction à vif - Par Hyppopitame
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus